Quelques opinions dérangeantes

Extraits de mes messages préférés envoyés dans les forums (généralement soc.culture.belgium, fr.misc.droit, be.politics et le forum d'ecolo.be).  Des points de vue jamais improvisés mais aussi rarement consensuels.

Thèmes sur cette page Thèmes sur une page voisine
1. Nous sommes riches 5. Vive la République 8. Kafka
2. Aimez-vous les uns les autres 6. Le catholicisme et autres folklores des peuples belges 9. Un jour, les ordinateurs feront gagner du temps (et ils voteront)
3. Quelqu'un qui n'aime pas les enfants ne peut pas être entièrement mauvais 7. Insécurités sociale et routière 10. Ecolo dans les gouvernements (en 1999)
 4. Un africain peut être considéré comme un être humain   11. Les habitants de la minuscule Belgique
Voir aussi un court texte à propos d'internet et de la politique et mes opinions par raport à des questions politiques classiques

 

1. Nous sommes riches

Vive les impôts

Vive la crise

Vive la réduction du temps de travail

Vive la réduction du temps de travail ... mais c'est plus compliqué que prévu


2. Aimez-vous les uns les autres 

La peine de mort

La guerre fraiche et joyeuse

La guerre fraiche, joyeuse voire verte au Kosovo

Lorsque Moscou bombardait Paris pour aider les algériens

La petite corruption

Le bien et le mal

Le bouc émissaire

La délation 


3. Quelqu'un qui n'aime pas les enfants ne peut pas être entièrement mauvais (Desproges) 

Les bonnes-moeurs et la police judiciaire

- Pédophilie et bonnes moeurs

- L'humour (de mauvais goût) est-t-il un délit ? 

L'affaire Dutroux (assassinat de 5 personnes dont 2 enfants en 1996 ayant mobilisé la population belge)  avec pour information la comparaison des programmes des principau partis politiques francophones en matière de Justice avant la "période d'irrationalité collective".

Une bonne nouvelle pour les enfants: la fin (définitive?) du mouvement blanc


4. Un africain peut être considéré comme un être humain. 

Le temps béni des colonies

Les permanents du caritatif

Passion des belges pour le sort de quelques enfants blancs.  Indifférence pour les noirs.

La différence entre le racisme et l'ostracisme 


5. Vive la République 

Le chef de l'Etat est un Roi

Le fils du chef de l'Etat veut interdire la pornographie

La démocratie, c'est entre autres le respect des règles communes 

Quelques méthodes pour une désignation démocratique d'un chef de l'Etat 


6. Le catholicisme et autres folklores des peuples belges

Les baptêmes étudiants (et tout le folklore)

Tuer dans la joie et la paix du Christ 

Une secte de cannibales et de buveurs de sang

Si dieu existe (dans sa version catholique), je le hais


7. Insécurités sociale et routière 

La route tue

Les pensions des salariés

Le secret médical 


1. Nous sommes riches  

Vive les impôts

(Re: Méthodes pour échapper à la pression fiscale. Jeudi 05 septembre 1996 21:29:15)

E.Carcelle écrivait : > > Il est vrai que l'impôt sur le revenu dégoûte beaucoup de monde, tout > particulièrement les contribuables dont une partie des revenus est imposée > dans la tranche dite " à 56.8% ". Si on ajoute la CSG, le prélèvement > social, la contribution complémentaire et la CRDS, on dépasse allègrement > les 60%. Autrement dit, à partir d'un certain chiffre, ce contribuable > passe 60% de son temps de travail personnel pour la collectivité et 40% > pour sa famille. Curieuse façon d'encourager les Français à travailler !

Moi, je suis content de payer mes impôts, mes cotisations sociales, ma TVA, mes taxes. Si je tiens compte de l'ensemble, cela fait largement plus de 50 %.

Quand je regarde la télévision, que j'utilise Internet, que je reçois des allocations familiales pour ma fille, que je me rappelle que mes études ont été payées a plus de 80 % pour l'Etat, je me dis que cela fait déjà moins de 50 %.

Par contre, il m'arrive d'oublier quand j'allume la lumière, quand j'ouvre le robinet, quand j'utilise le métro, le train ou simplement quand je marche sur le trottoir que tout cela n'existerait pas sans l'Etat.

Evidemment, si j'avais la chance d'être malade, chômeur, de devoir me faire protéger par la police, ..., cela ferait peut-être même un solde positif.

Curieux, moi je préfère me contenter des 40 %.



Vive la crise

(Vive la crise ! Dimanche 07 juillet 1996 21:59:33)

La majorité d'entre nous vivons dans un luxe qui n'a pas d'équivalent dans l'histoire de l'humanité. Ce ne sont plus les biens qui sont inaccessibles ni même le niveau de confort mais le symbole du confort. Pourquoi parlons-nous de crise depuis plus de 20 ans alors même que le niveau de bien-être matériel depuis 1973 a subi une progression énorme ? 

La voiture, le téléphone, l'eau courante, le chauffage central, la télévision, le frigo, les nourritures exotiques, les soins de santé (et l'espérance de vie après 60 ans), les voyages en avion, et aujourd'hui, bien sur, la planète à portée de main via Internet, tout celà était inimaginable a l'européen moyen il y a moins d'un siècle. 

Depuis 1973, date de début de la *crise*, le nombre de lignes téléphoniques, de ménages disposant de l'eau courante, du chauffage central et d'une voiture, la part du revenu consacre aux loisirs, la durée de l'espérance de vie, tout cela a encore augmenté, de manière gigantesque en Belgique (et ailleurs en Europe occidentale). 

La capacité des uns et des autres, même gagnant largement leur vie, à avoir juste assez ou un peu trop peu pour vivre est-elle feinte ou est-ce une forme de pauvreté culturelle ?

La croyance dans *la crise* comme indicateur d'une diminution de niveau de vie est-elle également feinte visant a protéger les avantages acquis en faisant croire qu'ils ne s'étendent pas ou bien est-ce ici aussi une forme de pauvreté culturelle, une incapacité a se rendre compte des progrès matériels ?

Vos réactions à ce message - volontairement provocateur - m'intéressent (en néerlandais, français ou anglais). Pour garder ce message court, je n'ai pas parlé dans ce premier courrier du chômage ni de la détérioration de l'environnement, tous deux n'empêchant pas, au moins jusqu'ici, la hausse du niveau de vie.

Enfin, question subsidiaire importante qui m'intéresse, pourquoi est-ce que la surestimation de la crise vient surtout de milieux dits *progressistes* plutôt que de milieux *conservateurs* ?

D'un autre auteur sur le même sujet :

(Temps de travail. marroger@imaginet.fr (Marianne ROGER) Date: 1996/03/21)

L'augmentation de productivité a été d'environ 30% depuis les années 70. Entre autres, il y a eu l'introduction de l'informatique, ce qui a supprimé certains emplois. On a vu en même temps l'augmentation considérable du chômage et des taxes de l'état.

Dans notre société depuis le début de l'époque industrielle, il y a déjà eu des réductions du temps de travail (conges, 40 h par semaine, 8 h par jour). A chaque fois, il a fallu passer par des luttes.

En sera-t-il de même aujourd'hui ? En tout cas, faire passer notre prospérité actuelle pour une crise a été un coup de génie de certains dans notre société. Cela autorise pas mal de dérives par rapport au droit du travail (contrat jeune, CES ...), les demandes de rigueur, les augmentations des impositions.


Vive la réduction du temps de travail

(1er mai : Fête de la réduction du temps de travail ? 1996/05/03 )

Les mesures gouvernementales annoncées de réduction du chômage sont censées diminuer le chômage de moitie d'ici 5 ou 6 ans. Je pense que c'est presque se moquer de nos hommes politiques que de les accuser de croire ce qu'ils disent. Les mesures quasi-homéopathiques qui vont être prises ne diminueront pas considérablement le chômage.

Ne serait-il pas temps de prendre la seule mesure structurelle dans ce domaine qui puisse être efficace sans tenter d'écraser ou de concurrencer les Etats voisins et sans se lancer dans une course effrénée à la production ?

La solution alternative est la réduction du temps de travail. Réduire ce temps de travail pas seulement pour les femmes ou les bas salaires mais pour tous afin de (re)intégrer dans la société le million d'inactifs de notre *population active*. Cela pourrait se faire par exemple en réduisant chaque année la durée maximale du temps de travail d'une heure.

Cela ne pourrait se faire que pour tous. Si c'est uniquement pour les emplois *subalternes*, seul le travail de longue durée sera reconnu socialement.  Cela ne devrait pas empêcher pas ceux qui estiment que 30 heures d'activité ce n'est pas assez de se lancer dans des activités de formation continue ou dans des activités sociales bénévoles.


La réduction généralisée du temps de travail redevient théoriquement compliquée (assez long)
(mercredi 15 Novembre, 1999 à 22:25:56)

Jamais dans l'histoire de l'humanité, nous n'avons été aussi riches. Durant le demi-siècle qui a suivi la seconde guerre mondiale, les états d'Europe occidentale ont connu un accroissement de bien être matériel tel que, pour la grande majorité de la population, tout ce qui au 19ème siècle était encore considéré comme un luxe, est aujourd'hui perçu comme un droit élémentaire.

L'eau courante, le chauffage central, les congés payés, la possibilité de voyager à l'étranger et, plus près de nous la voiture, le téléphone, la télévision, la cuisine équipée et la machine à laver, bref, les biens et services de consommation se sont répandus si rapidement que le vocabulaire lui-même n'a pas eu le temps s'adapter. Des expressions telles "brûler la chandelle par les deux bouts", ou "manger son pain blanc", témoignent d'un passé qui apparaît lointain alors que, pour les plus âgés d'entre nous, mettre du beurre dans les épinards était encore durant l'enfance un luxe et non une attitude déconseillée sur le plan diététique.

Les décennies dites "de crise économique" de la fin des années 70, des années 80 et du début des années 90 ont été, contrairement à ce que beaucoup croient, des années d'augmentation rapide du niveau de vie. Mais elles ont aussi été les années de la mise à l'écart du marché du travail d'une partie croissante de la population en âge de travailler, avec des taux de chômage croissant et qui ont atteint, dans certaines régions d'Europe, plus du quart de la population active.

Certaines personnes (dont je fais partie) pensaient que l'évolution était inéluctable. L'accélération du progrès technique était telle que le nombre de travailleurs nécessaires pour faire fonctionner l'économie allait en diminuant rapidement. Pour préserver l'équilibre de la société, pour éviter  l'exclusion sociale d'une partie importante de la population et pour diminuer la pression sur les travailleurs, il fallait réduire la durée du temps de travail de manière généralisée.

La diminution gigantesque, progressive et par à-coups de la durée du travail en Europe occidentale et ailleurs née au 19ème allait se poursuivre. L'accélération de la production était telle que les besoins de consommation même en croissance pouvaient être satisfaits avec de moins en moins de travailleurs. Dans cette vision, les fruits de l'informatisation devaient être logiquement une accélération encore plus forte de la croissance, surtout dans le domaine des services, et donc entraîner plus de chômage à défaut de réduction du temps de travail.

L'objectif de réduction généralisée du temps de travail est donc devenu, notamment pour cette raison, après des discussions difficiles, un objectif entre autres chez les écologistes francophones belges.

Sur le court terme (moins de 10 ans), force est de constater que l'évolution pronostiquée à tort (notamment par moi) s'est interrompue et même s'est inversé. Aujourd'hui, spécialement là où la production est rapide, la quantité de travail disponible ne diminue plus et même augmente. Et inversement, le chômage n'augmente plus et même diminue (même si une partie de la diminution s'explique par des "trucs" statistiques).

La diminution du chômage de ces dernières années semble due notamment au fait que face à l'accélération extraordinaire des évolutions techniques, beaucoup de citoyens ont réagi en accélérant leurs processus de consommation de manière tout aussi extraordinaire. Ce qui apparaissait comme une sorte de limite physique à la consommation, à savoir un appareil, un bien, un service par ménage ou à la limite par personne, n'est plus aujourd'hui qu'un frein provisoire. Il y a un élément presque irrationnel et fascinant dans le fait que si tous les habitants de la Belgique, demain, décidaient de faire un petit tour en voiture, il resterait environ 10 millions de places assises libres à l'arrière. Les gens aisés peuvent avoir -et souvent ont déjà- plusieurs téléphones, plusieurs voitures, plusieurs télévisions. Ils peuvent prendre des vacances à l'étranger plusieurs fois par an, ils ont plusieurs comptes en banque, utilisent toujours plus de service et demain, ils regarderont une de leurs télévision tout en utilisant un de leurs ordinateurs.

Une réduction du temps de travail généralisée reste une solution souhaitable parce que, sur le long terme, sauf catastrophe économique, la durée du temps de travail nécessaire pour faire fonctionner la société continuera à diminuer . Mais cette réduction est plus compliquée qu'il y a 5 ans.  Il faudra en 2000 plus qu'en 1990, mettre l'accent sur l'amélioration de la qualité de vie liée à la diminution du temps de travail et moins sur la réduction immédiate du chômage. Il faut aussi se rappeler que l'accélération de la croissance en Europe occidentale à des coûts écologiques parfois énormes et accroît l'écart entre populations du Nord et du Sud.

Enfin, sur un plan malheureusement purement idéaliste et théorique, il est envisageable qu'au lieu de diminuer le travail, la société exige un effort de solidarité des citoyens vivant en Belgique pour développer le tiers-monde. Malheureusement, tant que n'existe pas une démocratie dépassant les frontières européennes, le nombre de citoyens prêts à consacrer temps et énergie pour le développement du tiers-monde est ridicule.


2. Aimez-vous les uns les autres 

La peine de mort

(Abolition de la peine de mort Dimanche 11 août 1996 23:19:56)

Sauf erreur, c'est ce dimanche 11 août 1996 que la peine de mort est abolie (10 jours après la publication de la loi).

Cela fait du bien d'habiter dans un Etat ou l'assassinat n'est plus autorisé.

Un jour symboliquement important (même si la dernière exécution capitale date d'il y a plus de 40 ans).


A propos de l'armée européenne La frontière entre le bien et le mal n'est pas entre les uns et les autres mais en chacun de nous

(Jeudi 16 Decembre, 1999 à 23:46:57)

Il est pour le moins décevant que les prédécisions de création d'une armée européenne fassent l'impasse, à ma connaissance totale, de tout débat idéologique en Belgique (et ailleurs?) relatif notamment à la primauté de la défense civile non violente et des autres méthodes de résolution civile des conflits sur l'usage de la force.

C'est d'autant plus décevant, que, à la différence de la période Kosovo, nous sommes actuellement en Europe dans une période assez calme (vu la relative indifférence de l'opinion publique vis-à-vis de la situation en Tchétchénie). Ceci pourrait en principe permettre un débat serein voire l'expression notamment au sein d'Ecolo de propositions conformes à un programme progressiste.

Mais cela ne semble permettre que le silence.

Plus une augmentation il y a quelques semaines du budget militaire en contradiction totale avec l'esprit du programme d'Ecolo (primauté aux méthodes de défense non armées).

((Comme si Nous étions les bons et Eux les mauvais))


Ecolo est opposé à une opération de paix sans mandat clair et explicite de l'ONU

(Dimanche 18 Avril, 1999 à 23:11:00:

Le programme Ecolo avait le mérite d'être très clair sur les interventions armées 

"L'ONU seule habilitée a mandater une opération de maintien ou de rétablissement de la paix. (...) Aucune opération ne peut se mener en dehors d'un mandat clair et explicite de l'ONU".
Programme international d'Ecolo, proposition 1 de la fiche 1

Donc, l'AG Ecolo a clairement condamné les interventions de l'Otan avant même qu'on n'en parle même si, vu la gravité des actes attribués aux forces serbes, la condamnation devait être accompagnée d'autres considérations.
Maintenant que le mal est fait, je crains que la seule manière de limiter les dégats supplémentaires soit une intervention massive au sol au Kosovo de soldats pour qui la vie de civils soit aussi importante que leur vie. Pour l'instant nous en sommes à un rapport de 100 à 1000 civils tués pour 1 à 10 militaires de l'Otan ce qui révèle d'un mépris des vies humaines même de ceux que l'Otan est supposé sauvé.

Posté le samedi 1er Mai, 1999 à 23:31:50: En réponse à: la guerre en Serbie posté par Michel Burnotte le 23 Avril, 1999 à 09:53:22:
: Mais y a-t-il une position claire au sein du parti ?
: J'en doute et cela me dérange beaucoup.

Il y a une position officielle définie "in tempore non suspecto" comme disent les juristes (en février-mars 1999). Donc, une position prise avant les frappes aériennes. La position était : "Pas d'interventions armées sans accord explicite et clair de l'ONU".

Après, malheureusement, certaines positions un peu dans l'air du temps ont été émises. Ces positions ne priment théoriquement pas les positions adoptées en AG.

La position officielle actuelle du secrétariat fédéral est à ma connaissance "arrêt immédiat des bombardements conditionné au retrait des troupes serbes du Kosovo et à l'arrêt des actions armées de l'UCK" (je cite de mémoire et la position date d'une quinzaine de jours). Point positif, j'ai appris aujourd'hui qu'Ecolo soutient aussi la manifestation du 2 mai 1999 au WTC favorable à l'arrêt des frappes.


Uchronie parisiano-algérienne

( mardi 16 Mai, 1999 à 18:19:11:)

Un référendum sur l'indépendance de l'Algérie sera organisé le 10 juin de l'année prochaine.

En attendant ce référendum, les forces du Pacte de Varsovie ont été autorisées, en vertu des accords de Bratislava, à patrouiller sans frais sur tout le territoire français, à l'exception des départements métropolitains situés à l'ouest de Paris. Le ravitaillement des troupes soviétiques, tchécoslovaques et hongroises est à charge des autorités françaises.
Le parti gaulliste, considéré comme responsable du génocide de populations arabes algériennes, est définitivement interdit. Selon les troupes stationnées à Vincennes, le corps du chef de l'Etat, le général de Gaulle, n'a pas été retrouvé dans les décombres des abris de l'Elysée. Les autorités du pacte de Varsovie ont fait savoir par communiqué que "La population française doit comprendre que monsieur de Gaulle et ses acolytes sont les uniques responsables de la mort de milliers de français ainsi que de dizaines de milliers d'algériens. Il faut que le peuple français réapprenne la démocratie".

Dans les milieux est-européens, on considère généralement que les partis qui seront autorisés à se présenter seront le Parti communiste français, le Parti socialiste réformé, le Parti agrarien ainsi que les divers partis indépendantistes ou irrédentistes (Partis algérien, basque, corse, italien et breton). Dans les ex-départements d'outre-mer, des referendums seront organisés proposant un choix entre l'indépendance immédiate et un statut d'autonomie renforcée.


Un journaliste brésilien accrédité à Vienne (nouveau siège du Pacte de Varsovie) s'est étonné du fait que la plupart des dirigeants de l'opposition qui avaient été annoncés comme massacrés par les experts militaires du pacte, se retrouvent pour la plupart dans "l'Exécutif provisoire des départements algériens". Le responsable de l'information a déclaré que les forces de propagandes gaullistes avaient été expertes dans l'art de maintenir en vie les opposants pour s'en servir comme otages. Ceci explique aussi que, au cours des opérations, plusieurs centaines d'arabes algériens ont été accidentellement tués par les troupes du Pacte. Il a répété que les photos aériennes et les témoignages de réfugiés au Maroc, en Tunisie et en Lybie prouvaient la réalité de massacres. De plus, les troupes de libération de l'UCA (Union confédérale algérienne) ont fourni des preuves indiscutables de ces massacres. Enfin, personne ne conteste qu'à Madagascar les troupes françaises ont effectivement massacré des milliers de personnes pas plus qu'il n'est contesté que des tueries avaient été commises avant les bombardements massifs de ce printemps.
L'ORTF, qui avait cessé d'émettre, suite aux bombardements du début de l'été de l'année passée pourra réémettre à partir de novembre à condition "de ne pas émettre de nouvelles fausses ou de nouvelles de nature à incommoder les relations fraternelles entre populations". Il lui est notamment défendu de faire références aux erreurs militaires. A cette occasion, le Pacte de Varsovie rappelle qu'il présente ces condoléances pour les erreurs tragiques commise lors de bombardements tels celui du Trocadéro (200 victimes lors de la destruction de la Tour Eiffel, lieu d'émission de l'ORTF). Il exprime enfin ces condoléances les plus sincères auprès des survivants de la mission diplomatique américaine des Champs-Elysées, mission détruite accidentellement en février.

Les Etats-Unis ont fait connaître leur profond regret quant aux événements récents. Ils rappellent que, même à supposer exact les allégations de massacres en Algérie, le parti gaulliste avait néanmoins été élu démocratiquement et que le général de Gaulle s'était engagé à organiser un référendum d'autodétermination. L'ukrainien Ulov Bastivlo, secrétaire général du pacte, a répété que les français, et en tous cas les gaullistes français, ne comprennent que l'usage de la force ainsi qu'il est apparu clairement et à plusieurs reprises en Indochine. Il a ajouté que la France avait une trop grande tradition raciste, centraliste et antisémite que pour pouvoir envisager de laisser un peuple libre sans y être forcé.

Les Etats-Unis se sont engagés à retirer toute force militaire du continent européen (à l'exception du Royaume-Uni et de Gibraltar) à condition que les traités commerciaux en vigueur soient respectés.  Le gouvernement italien s'est félicité de la décision du pacte d'également organiser un référendum en juin à propos de l'autonomie de la Savoie.

Rappelons que les troupes est-européennes n'étaient pas intervenues début janvier 1958, en vertu d'une décision du conseil de sécurité des nations-unies. La France, faisant partie, du conseil de sécurité, était en effet juge et partie. Les troupes du pacte avaient donc agi au nom du devoir d'ingérence et afin de permettre le libre exercice du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.

La première décision du ministre de l'énergie et des matières premières de l'Exécutif provisoire des départements algériens a été de rétablir les exportations de gaz vers l'Europe. En vertu de l'article 7 des accords de Bratislava, le produit de la vente de gaz sera reversé pour 50 % à un fonds de reconstruction en Algérie et pour 50 % à l'indemnisation des troupes du Pacte de Varsovie pour les coûts de l'intervention armée depuis janvier 1958.

John Melborne, correspondant spécial australien à Oran, départements autonomes algériens, 15 mai 1959.

Uchronie : forme de science-fiction dans laquelle un épisode de l'histoire, généralement récente, est modifié en ce qui concerne un élément important -généralement politique


La petite corruption

(Eboueurs corrompus.  Dimanche 29 décembre1996 23:56:34)

Préliminaire : je considère anormal qu'un travail utile, déconsidéré et désagréable soit mal payé et je trouve que, ce travail étant déconsidéré, il serait moral et logique qu'il soit plus payé que, par exemple, le travail d'un cadre. Mais ce n'est pas une justification pour se servir soi-même.

Hier, j'ai reçu la visite d'éboueurs venus me souhaiter la «Bonne année». Ces personnes notaient sur un petit carnet les noms de ceux qui leur fournissaient de l'argent et aussi de ceux qui refusaient.

L'article 246 du code pénal stipule : « Tout fonctionnaire ou officier public, toute personne chargée d'un service public qui aura agréé des offres ou des promesses, qui aura reçu des dons ou présents pour faire un acte de sa fonction ou de son emploi même juste, mais non sujet à salaire, sera puni d'un emprisonnement de huit jours à six mois et d'une amende de vingt-six francs à cinq cents francs.»

Il s'agit de peines prévues pour tout fonctionnaire (au sens large) qui accepte un « pourboire » et qui travaille correctement pour le reste. Les peines sont plus fortes si un fonctionnaire s'abstient de faire ce qu'il doit parce qu'il n'a pas reçu de « pourboire ». Autant je paie mes impôts avec bonne volonté et sans essayer de frauder (pour cela, je ne suis pas un vrai Belge), autant je refuse d'être corrupteur (je n'ai donc rien donné).  Les citoyens qui ont été si prompts cette année à dénoncer tous les «arrangements» paieront probablement leur facteur, leur policier, leur éboueur, cette année encore pour être sûrs de pouvoir compter sur eux.

Compter sur eux, c'est bien sûr notamment, pouvoir donner un sac-poubelle non réglementaire ou pouvoir se parquer un peu sur le trottoir, bref corrompre un petit peu.  Il y a aussi des gens qui ont simplement peur que les personnes non payées ne fassent pas leur travail et certains qui paient par habitude ou par sympathie.

À mon avis, cependant, dans tous les cas, payer c'est corrompre. Heureusement d'ailleurs que ces pratiques ne se généralisent pas sinon les personnes démunies ne pourraient même plus compter sur les agents des services publics pour leur venir en aide. 



Le bien et le mal

(Les SS (aussi) chantent Noël. Mercredi 25 décembre1996 20:34:58 +0100)

On ne peut comprendre l'âme humaine que lorsque l'on sait que chaque être humain est capable du meilleur et du pire et que la plupart des êtres humains commettent le meilleur et le pire lorsqu'on les met dans un environnement le permettant.

Donc, les SS aussi chantaient Noël, aimaient leurs enfants, ...

(M Dutroux & Co.  Jeudi 12 décembre 1996 01:01:54)

(...)

Pas d'accord, Monsieur Dutroux n'est pas un monstre; c'est un homme qui a commis des actes monstrueux. Durant les guerres, des actes d'une monstruosité encore bien supérieure sont commis par des gens très cultivés. Ce sont par exemple des britanniques pétris de culture humaniste qui ont brulé vifs dans la joie et la satisfaction des dizaines de milliers de familles allemandes.



Le bouc émissaire

(La chasse au responsable.  Jeudi 17 décembre1996 01:32:35 +0100)

Moi qui n'ai jamais eu de sympathie prononcée pour les forces de l'ordre et les magistrats, je commence à me lasser de la mise à mort médiatique de certains de leurs responsables :

  • Que faisiez-vous le 25 juillet 1995 ? (vous vous en souvenez-vous de ce que vous faisiez le 25 juillet 1995)
  • Pourquoi n'avez-vous pas fait cela par écrit ?
  • Pourquoi êtes-vous parti en vacances quand les enfants n'étaient pas encore retrouves ?

Il faut quand même bien se dire que :

  • Monsieur Dutroux est, probablement, un être très intelligent et habile;
  • Plusieurs mois après l'enlèvement, la plupart des gens connaissant ce type de dossiers étaient convaincu (à tort, il est vrai) que les enfants avaient déjà été assassinés;
  • Je crains fort que, dans cette affaire, certaines personnes sont accusées de ne pas avoir suffisamment bien fait alors que, s'agissant de fonctionnaires, il me semblerait souhaitable de commencer par s'attaquer à ceux qui n'ont rien fait du tout.

Cette note est écrite sans connaissance approfondie du sujet. Probablement que certaines fautes graves ont effectivement été commises. Mais ce n'est pas parce que dans ce cas-ci, tout se passe sous les caméras que toute faute même bénigne doit être sanctionnée alors que pour d'autres crimes non connus, des énormités commises par des membres des forces de l'ordre ne seront jamais sanctionnées.  De plus, de manière encore plus générale, il y a des travailleurs incompétents ailleurs que dans le judiciaire et cela fait aussi des morts assez souvent.

Bizarre ce besoin de s'acharner sur des responsables successifs : un jour Wathelet, un jour Liekendael, un jour Doutrèwe. 



La délation

(Vive la délation, vive les corbeaux. Dimanche 08 décembre 1996 21:55:47)

L'attitude de l'opinion publique vis-a-vis de la délation est un grand mystère. Un jour, c'est la délation qui est inacceptable, un autre jour, c'est ne pas faire connaître des délits. Il y a 5 ans, par exemple, dénoncer un père battant ses enfants aurait été une immixtion dans la vie privée. Il y a deux ans, c'était encouragé par de grandes campagnes médiatiques. Il y a 2 ans, tout ce qui concernait la pédophilie faisait l'objet d'un voile pudique. Aujourd'hui, pas besoin de vous faire un dessin.

Moi, il me semble que, même animée des pires intentions, la délation -entendue comme la dénonciation anonyme de délits- peut être une bonne chose sous deux conditions :

  • ne concerner que les crimes les plus graves (on dirait par exemple, les dénonciations anonymes ne seront prises en considération que si le délit concerne des faits passibles de 1 ans de prison au moins);
  • ne servir en aucune manière de preuve mais uniquement être considérée comme un indice permettant des devoirs d'enquête.

Evidemment, le risque subsiste que des corbeaux lancent des faux bruits en espérant que les personnes accusées soient éclaboussées. Mais là on retombe sur la problématique générale de l'absence de présomption d'innocence due entre autres au fait que les procès sont extraordinairement longs et que donc une personne reste pendant des années sous le poids des soupçons.


3. Quelqu'un qui n'aime pas les enfants ne peut pas être entièrement mauvais (Desproges) 

Les bonnes-moeurs et la police judiciaire

(Pédophilie, bonnes moeurs, infractions pénales. Point de vue de la police judiciaire. Samedi 04 janvier 1997 18:52:48 CC: contact@gpj.be)

Vu l'ampleur des dérapages constatés et le danger du climat ambiant, je me permets d'envoyer à nouveau deux messages envoyés précédemment sur ces newsgroups. Cette fois-ci, j'envoie copie des messages à la police judiciaire belge qui les a certainement déjà lus attentivement mais qui ne m'a pas répondu.

Si les dérapages sont vraiment graves, cela pourrait me valoir la visite de membres de forces de l'ordre. J'espère cependant que j'aurai plutôt (conformément aux principes généraux d'obligation d'information des pouvoirs publics) une réponse rapide des représentants des forces de l'ordre. Je ne manquerai pas de vous tenir au courant.

Messieurs et mesdames de la police judiciaire : la réponse peut venir en français ou en néerlandais.

Et d'abord un extrait d'une chanson :

*Avant eux avant les culs pelés 
La fleur, l'oiseau et nous étions en liberté 
Mais ils sont arrivés et la fleur est en pot 
Et l'oiseau est en cage et nous en numéro 
Car ils ont inventé prisons et condamnés 
Et casiers judiciaires et trous dans la serrure 
Et les langues coupées des premières censures 
Et c'est depuis lors qu'ils sont civilisés 
Les singes, les singes, les singes de mon quartier.*

Les singes

Ne faut-il pas poursuivre cette atteinte aux bonnes-moeurs (comparaison d'honorables citoyens et de membres de forces de l'ordre avec des singes)? L'auteur est décédé (un certain J. B.) mais les oeuvres sont encore diffusées. Dans une autre chanson du même auteur, il y a même un appel quasi explicite à la pédophilie assorti de grossièretés sexuelles (Knokke-le-Zoute). Dans une autre chanson encore, une perversion scatologique (Et ils ((censuré)) comme je pleure sur les femmes infidèles). Ne faut-il pas agir d'urgence pour interdire la diffusion de (certaines) chansons de cet auteur qui d'ailleurs avait une conduite sexuelle dévoyée ?



(Pédophilie et bonnes moeurs. Mercredi 18 décembre 1996 00:19:51)

La pédophilie est vraiment devenu le délit à la mode, le crime absolu. Souvenez-vous, du temps des CCC (Cellules Communistes Combattantes), c'était le terrorisme, avant cela, c'était l'assassinat des petites vieilles et avant le meurtre de policiers. Comme si c'était moins grave aujourd'hui de tuer une petite vieille et hier de violer et tuer un enfant.

Bon, le danger ici, c'est entre autres qu'on passe de la répression de la pédophilie à la répression du sexe. Allez voir la définition de l'outrage aux bonnes moeurs dans le site de la police judiciaire : vous y lirez entre autres :
 

  • La diffusion de matériel pornographique est punie comme outrage public aux bonnes moeurs par l'article 383 du Code pénal. La peine est plus sévère quand l'outrage public aux bonnes moeurs est commis en présence de mineurs d'âge, vu les articles 386 et 386 bis du code pénal.

  • et aussi
  • Celui qui, via un réseau informatique, expose ou diffuse du matériel pornographique, sera donc punissable sans que l'intention de profit ne soit démontrée.

  • et enfin
  • Si, en tant que citoyen, vous êtes confronté sur Internet à un cas de pornographie tel que images à caractère pédophilique, prière d'en avertir la cellule nationale "Pornographie enfantine sur Internet".

Il n'est pas inutile de préciser que la notion de répression pénale dans le domaine des bonnes moeurs est une notion qui était combattue vigoureusement jusqu'il y a peu dans les milieux de gauche (Ecolo, PS, ...) mais aussi dans d'autres milieux. Notamment parce que tout ce qui touche au sexe et a la morale peut être considéré comme contraire aux bonnes moeurs par certains.

Donc, cher lecteur, si vous avez des images ou des écrits un peu lestes sur votre site, il est théoriquement temps de vous inquiéter (en fait il est même trop tard puisque tout est note si pas dans les grands ordinateurs de la police judiciaire au moins dans les grands ordinateurs des moteurs de recherche).

Vous me direz, mais enfin de la pornographie, on en trouve partout dans les librairies, a la télévision, sur Internet.

Vous avez raison. Je demanderais aux agents de la police judiciaire qui lisent sucement très attentivement ces courriers :

  • avez-vous vraiment tout a coup l'intention de poursuivre les atteintes aux bonnes moeurs au sens classique (poursuites en désuétude depuis une petite dizaine d'années);
  • pourquoi doit-on dénoncer la pornographie et pas (par exemple) les appels au meurtre, les appels au racisme, les explications pour commettre des attentats terroristes, ... ?

Ceci dit, comme je l'ai déjà dit à une époque ou la délation était considérée par beaucoup de représentants de l'opinion publique comme tout à fait condamnable (il y a moins de 6 mois en temps réel mais il y a 10 ans en temps politique), je pense que signaler des crimes et délits n'est pas immoral dans un Etat démocratique (lorsqu'on ne le fait pas par vengeance).

2ème citation



(L'humour (de mauvais goût) est-t-il un délit ? Mardi 31 décembre 1996 20:55:33)

Selon le journal « Le soir » de ce 31 décembre (page 20), une personne voulant faire une blague à un copain avait diffusé sur internet une offre d'achat de photos de Julie et Mélissa nues en donnant comme coordonnées aux éventuels intéressés le nom et l'adresse électronique de son copain.

Des dizaines d'utilisateurs d'internet ont dénoncé la personne à la police judiciaire et en trois ou quatre jours, l'auteur a été démasqué.

L'enquête a (évidemment) montré que la personne ne possédait pas de photos de Julie et Mélissa nues. Selon le journal, l'intéressé a vu son matériel informatique confisqué (en fait saisi je présume) et risque une « note salée en correctionnelle ».

A la lecture du message qui était passé notamment dans le newsgroup soc.culture.belgium, il était à peu près certain qu'il s'agissait d'une plaisanterie. Dès lors, il me semble que ce que l'on reproche à l'intéressé, c'est d'avoir fait de l'humour dans un domaine tabou.

  • Question pour les juristes (ajout le 4 janvier 1996 dont les juristes de la police judiciaire) : l'humour est-il condamnable pénalement lorsqu'il est blessant pour certaines personnes et fait référence à des actes illégaux ?
  • Question pour les non-juristes : allez-vous porter plainte chaque fois que vous entendez une des très nombreuses blagues de très mauvais goût qui circulent à propos de Julie et Mélissa ?
  • Question pour les psychologues qui réussissent à s'extraire du climat ambiant : la passion pour l'affaire Dutroux est-elle révélatrice d'une peur de la violence et de la pédophilie, d'une fascination pour la violence et la pédophilie ou d'une attirance du citoyen moyen pour cette violence et cette pédophilie ?


L'affaire Dutroux (assassinat de 5 personnes dont 2 enfants en 1996 ayant mobilisé la population belge)

(Pourquoi une telle mobilisation contre Dutroux.  Dimanche 1er septembre 1996 14:56:53)

Maintenant que le vent des passions est un peu calme, il est a mon sens utile d'essayer d'expliquer en quelques lignes pour quelles raisons (généralement inconscientes), un fait divers atroce a mobilisé pendant 10 jours l'intérêt de nos populations. Peut-être que cette mobilisation pour une cause spécifique est mieux que l'indifférence. Mais elle a sûrement aussi des aspects désagréables.

  • 1. C'étaient les vacances. Le monstre du Loch Ness n'a plus aucun succès. Un autre *monstre* faisait bien l'affaire.
  • 2. Se *mobiliser* autour de cette affaire ne coûte rien. Prendre des mesures pour que la boucherie qui se déroule sur nos routes tout au long de l'année diminue, cela s'est difficile et cela concerne chacun d'entre nous. De même empêcher des enfants de mourir de faim ailleurs, cela toucherait notre confort. Une petite signature et le cas échéant quelques fleurs, c'est de la bonne conscience pour un prix modique.
  • 3. Il est aise de s'identifier aux victimes. Rien de plus innocent qu'un enfant de 10 ans. Attention, cet argument entendu cent fois *si vous aviez un enfant qui ...* est une minuscule part de l'explication. Des enfants meurent dans des circonstances atroces et du fait d'agissements d'adultes chaque jour. Sur nos routes, sur les trottoirs de Calcutta ou sous la coupe des pédophiles partout dans le monde.
  • 4. Il est presqu'impossible de s'identifier à Dutroux. Très peu de gens sont à la fois assassins, violeurs, pédophiles, voleurs et ... pères de famille d'un enfant en bas age. Monsieur Dutroux est la personne à haïr par excellence. *The person that people love to hate*. Je crois et je crains qu'une bonne part de l'explication réelle de la mobilisation soit la. Alors que nous sentons toujours confusément que la limite entre le bien et le mal n'est pas entre les uns et les autres mais en chacun de nous, Dutroux nous permet d'oublier cela.
  • 5. Monsieur Dutroux est donc la personne qui permet d'oublier nos petitesses par la taille de ces crimes (accessoirement pour Monsieur Dutroux, la présomption d'innocence est interdite, la taille des délits commis fait que l'on considère qu'il n'a pas droit à une défense). Ainsi de nombreuses personnes (voir courrier des lecteurs des quotidiens) profitent de l'occasion pour s'indigner que de tels délits soient impunis alors qu'on les poursuit pour leurs délits. Monsieur Dutroux a donc une sorte de fonction sacrificielle. Ces délits majeurs absolvent les délits mineurs. Gifler son enfant (j'en profite pour dire que je n'ai jamais compris pourquoi notre société admet cette violence là), ce n'est rien en comparaison; écraser un enfant par accident non plus; voler non plus; ...
  • 6. Les crimes spectaculaires permettent d'assouvir le goût du spectacle sanglant qui est présent chez la plupart d'entre nous. Et bien sur en n'épargnant que peu de détails. Le fameux respect de la douleur des familles est oublie rapidement. Nous avons même eu droit a quelques scènes de pédophilie à la télévision a une heure de grande écoute. Pour certaines photos les visages des enfants n'étaient d'ailleurs même pas masques.
  • 7. A côte du goût du spectacle, il y a le goût du sang. Celui des innocents et celui des inculpés. L'appel au meurtre d'un assassin est à peu près le seul appel au meurtre socialement toléré. Dans le parallèle assez souvent fait avec la mobilisation après le décès du Roi il y a quelques années on notera que là aussi l'appel au meurtre de Van Rossem avait été toléré. Le crime de Monsieur Van Rossem était d'avoir symboliquement voulu tuer la monarchie (il avait crié *Vive la République*).
  • 8. Il y a enfin des raisons plus objectives à la passion : l'inefficacité des autorités judiciaires, les manquements dans le suivi du principal inculpé, les nombreux liens avec d'autres personnes (prostitution, milieux politiques, ..., ?), les gigantesques incohérences dans l'enquête (si les informations de la presse sont exactes) mais ces raisons objectives sont surtout apparues après la mobilisation.

Il semble donc que la mobilisation aie été utile mais pour des raisons qui n'étaient pas connues au départ.

A moins bien sur que les allégations de *ballets roses* qui courent comme une rumeur depuis de nombreuses années étaient tellement précises dans l'esprit des gens que beaucoup se doutaient qu'il y avait plus les crimes présumés de Monsieur Dutroux.

(Les clients de Dutroux remercient la presse. Vendredi 22 novembre 1996 00:43:07)

En effet, grâce à la remarquable mobilisation autour des éventuels contacts sexuels de Monsieur Di Rupo avec un mineur de 15 ou 17 ans, la question de savoir qui est sur les cassettes de Monsieur Dutroux et qui a verse des millions pour pouvoir violer des enfants est passée au second plan.

Je commence à vraiment penser qu'il y a des gens très importants à couvrir et qu'il fallait absolument un dérivatif sur des faits suffisamment graves pour que l'attention de l'opinion publique soit détournée mais indépendants des crimes les plus graves.

En tout cas, dans la presse, depuis plusieurs jours, je n'ai quasiment plus rien vu a propos des cassettes et je n'ai strictement rien vu a propos des millions reçus par Monsieur Dutroux.

(La marche du consensus blanc. Dimanche 20 octobre 1996 01:29:57)

La CSC, la FGTB, les ministres, les citoyens, les parents des victimes, la Ligue des familles, les francophones, les flamands, tout le monde est pour la marche *de solidarité avec tous les enfants*.

Cette manifestation est extraordinaire. Jamais une mobilisation n'a été aussi grande dans la population non politisée. Mais, à part les abuseurs d'enfants, cette manifestation ne s'oppose en principe à personne.

J'exprime mon malaise devant une telle mobilisation. A plusieurs titres mais surtout pour la raison suivante :

l'histoire du monde et de la Belgique est faite de violences inconcevables. Des dizaines voire des centaines de milliers d'enfants ont été massacrés au Ruanda, découpés à la machette, violes il y a 2 ans. Aucune mobilisation véritable ne s'est faite. Ce n'était pas NOS enfants mais des enfants. Cette mobilisation uniquement autour d'un nombre limite d'actes atroces est incompréhensible et injustifiable si l'on considère que tous les enfants sont égaux.

Par ailleurs, une telle mobilisation a l'immense mérite de rendre les gens conscients de certains enjeux politiques non lies à leur intérêt direct mais elle les rend aussi passionnés et donc souvent irrationnels.


Une bonne nouvelle pour les enfants: la fin (défintive?) du mouvement blanc

(Mardi 17 Octobre, 1999 à 16:49:21:)

Le mouvement blanc continue de perdre 90 % de ses manifestants chaque année. Ils étaient 300.000 en pleine PIC (période d'irrationalité collective) "Julie et Mélissa", 30.000 l'année suivante, 3.000 l'année d'après. Ils ne sont plus qu'une poignée aujourd'hui.  Dans ce domaine, comme dans les autres domaines fédéraux, Ecolo n'a pas eu de poids important. Mais, à mon avis, dans ce domaine, c'est une bonne chose parce qu'Ecolo avait surfé sur cette vague sans se rendre compte que l'écume des bonnes intentions était blanche mais que le sable de bien des conséquences serait noir.

Bonne nouvelle donc:

1.Les "chevaliers blancs" et la "société civile" vont pouvoir passer à autre chose et notamment oublier qu'ils disaient que "nous n'avons pas le droit d'oublier".
2.Les forces de police vont pouvoir revenir à d'innombrables dossiers dramatiques et non pas se concentrer sur un.
Monsieur Verwilghen ne devra plus faire de surenchère démagogique dans ce domaine (il a déjà fait suffisamment de dégâts sans cela).
3.Les enfants vont pouvoir être mieux protégés de ceux qui sont les plus dangereux pour eux: leurs proches. En effet, la PIC Julie et Mélissa avait eu, entre autres effets pervers, pour effet de sacraliser le rôle des proches vis-à-vis des enfants alors que la violence la plus courante et la plus dure envers les enfants est généralement familiale.


4. Un africain peut être considéré comme un être humain. 

Le temps béni des colonies

(Re: Afrique Adieu Mardi 07 novembre 1996 00:45:30)

JOORS Alain écrivait :

> L'opinion est fatiguée de sans cesse s'entendre reprocher, y compris par ses propres médias toujours donneurs de leçons, > son "passé colonial", comme s'il s'agissait d'une maladie honteuse, comme si dans ce passé tout était systématiquement à > rejeter, et comme si elle devait encore l'expier pendant des siècles ! Et malheur à celui qui hasarde qu'à l'époque coloniale on > pouvait encore se faire soigner dans les hôpitaux avec une chance raisonnable d'en sortir vivant, que les routes et les ponts > étaient entretenus, que les locomotives circulaient, (...)

Je ne vais pas vous clouer au pilori pour fascisme primaire et incitation a la haine raciale car cela priverait soc.culture.belgium d'un auteur très intéressant, caustique et amusant mais je vais quand même me permettre de nuancer ce qu'ici vous présenter comme des faits en une phrase (car il est tard) :

La situation dans les anciennes colonies n'est pas moins bonne aujourd'hui qu'il y a 40 ans pour les noirs. L'espérance de vie et la production agricole ont par exemple augmenté. Seulement, il y a 40 ans, l'accent était mis sur le progrès et aujourd'hui sur les catastrophes.



Les permanents du caritatif

(Re: Le business de la charité est-il biodégradable ? Lundi 25 novembre 1996 23:54:55)

JOORS Alain écrivait :

(...)(article à propos du business de la charité)

Comme toujours, votre article est fort bien écrit. Comme souvent, je partage votre opinion pour l'essentiel. Je pense, comme vous le sous-entendez probablement, que l'on peut diviser les salaries du *business de la charité* (et on pourrait dire la même chose du *business du social*) en deux catégories : les simples opportunistes (peu nombreux) et les idéalistes au départ (les plus nombreux).

En ce qui concerne les idéalistes au départ, souvent la défense de la cause se transforme imperceptiblement en défense de l'organisation défendant la cause. De la défense des droits de l'homme, on glissera vers la défense d'Amnesty. De la défense des enfants, on glissera vers la défense de l'association *Marc et Corinne*.

A mon avis, la surveillance publique de ces associations doit bien sur assurer que l'association ne fasse pas de bénéfices mais aussi vérifier que les salaires et indemnisations des salaries et administrateurs ne puissent jamais dépasser certains montants (par exemple un salaire équivalent dans une administration fédérale).



Passion des belges pour le sort de quelques enfants blancs.  Indifférence pour les noirs.

(Les grands lacs et la politique belge Dimanche 03 novembre 1996 21:58:51)

La Belgique a eu 3 colonies : le Ruanda, le Burundi et le Zaïre. Nous pouvons regarder les suites de notre politique coloniale avec admiration. D'après ce que je sais (mais je ne suis pas spécialiste), c'est notamment grâce à l'Etat belge que sur les cartes d'identité figurent des mentions ethniques (Tutsi ou Hutu) au Ruanda et au Burundi.

Je trouve inadmissible que le gouvernement belge ne dépense pas une énergie plus importante à tenter d'empêcher des massacres et la malnutrition. Les arguments entendus du type *Nous ne pouvons être partout en même temps* me paraissent vraiment de mauvaise foi. L'Etat belge me semble avoir une dette morale et une expertise particulières vis-a-vis de ces 3 Etats.
Je regrette aussi le peu d'énergie que le citoyen belge moyen met à défendre une intervention humanitaire la-bas. Sur les centaines de milliers de morts dans la région, seuls 10 ont vraiment attiré l'attention. Et attention, 10 et pas 11, le premier-ministre que protégeaient les paras ne méritait pas la commission d'enquête puisque c'était une noire.

(Pour les enfants, pour la non-violence. Mardi 29 octobre 1996 00:32:52)

300.000 personnes ont défilé sur ce thème pour tenter de sauver quelques enfants des griffes de pédophiles. Des milliers d'enfants vont peut-être être déchiquetés à la machette ces prochains jours. Entre autres grâce à nos politiciens d'il y a quelques dizaines d'années grâce auxquels les cartes d'identité portent souvent des jolies mentions ethniques.

Evidemment, il ne s'agit pas de véritables enfants mais de petits nègres. Et d'ailleurs heureusement, dans la région, tous les vrais enfants ont été évacués (les enfants blancs).

Et évidemment, dans la situation économique dramatique que nous vivons, nous ne pourrons pas envoyer de C 130 pour évacuer des petits nègres. Dans notre petit pays de 10 millions d'habitants ou le citoyen moyen a seulement sa maison, sa voiture, sa télévision, son téléphone, l'eau courante et le chauffage central, vous comprenez bien qu'il n'est pas possible de créer un camp de réfugiés pour quelques dizaines de milliers d'enfants (pardon de petits nègres). Cela ruinerait notre pays. Et en plus, ils se sentiraient dépaysés. La-bas, ils ne se sentiront pas dépaysés.

Pas de quoi manifester donc. D'ailleurs si tout se passe comme prévu, bientôt beaucoup ne sentiront plus rien du tout.

(Julie, Mélissa et les autres. Jeudi 22 août 1996 22:43:45)

Depuis que Julie et Mélissa sont mortes de faim après des mois de souffrance, des dizaines de milliers d'enfants sont morts de faim ou de mauvais traitements de par le monde.

Peut-etre que les générations qui nous suivront regarderont avec un étonnement horrifié cette capacité de populations a s'indigner lorsque cela ne sert à (presque) rien et à laisser mourir lorsque notre confort peut s'en ressentir.

(...)



La différence entre le racisme et l'ostracisme

(Devenir arabe ou naître policier ? Mardi 12 décembre 1996 14:25:47 +0100)

Fabrice BENHAIM (+33 1 64475168) écrivait :

> Je suppose que non !! Alors si tu refuses l'amalgame pour les gens (j'ai rencontré 10 Arabes délinquants ==> tous les >Arabes > sont des délinquants ==> je les encule !!) alors pourquoi tolérer la même chose pour la police (j'ai été tabassé par >10 flics ==> > tous les flics sont des nazis ==> j'encule les flics !!) ?

Il y a tout de même une différence : on naît juif ou arabe, on ne naît pas policier, tueur a gages ou fonctionnaire. Donc, on n'est pas responsable d'être arabe mais bien d'être policier.

Ceci mis à part, je pense qu'il y a des policiers honnêtes et des fonctionnaires qui travaillent. 


5. Vive la République 

Le chef de l'Etat est un Roi

(Astrid. Jeudi 21 novembre 1996 01:59:12)

Les seuls sénateurs refusant d'assister à la prestation de serment d'un parlementaire non élu sont les sénateurs du Vlaams Blok.

Aucune réaction négative entendue ailleurs. A part quelques réticences d'Agalev me semble-t-il.

Etrange. Moi, comme démocrate, je ne déborde pas d'enthousiasme a l'idée que 2 sénateurs n'ont jamais reçu la confiance de la population par un vote. 

(Re: 1.000 Connerotte en Belgique. Dimanche 20 octobre 1996 15:47:44)

> Bernard Van Damme écrivait : réactions de la population ne peuvent être assimilées à du poujadisme.

Beaucoup défilent contre les hommes politiques qui, disent-ils, ne les comprennent pas. Le seul homme politique que beaucoup respectent, c'est un des seuls qui n'ait aucune légitimité démocratique à savoir Albert II. Bizarre ce mépris des gens que l'on se choisit.

Une des différences d'avec le poujadisme, c'est que ces citoyens revotent pour ceux qu'ils affectent de mépriser (en tous cas jusqu'ici).



Le fils du chef de l'Etat veut interdire la pornographie

(La proposition de loi de M. de Saxe Cobourg Gotha : interdire la pornographie, 23/03/97 20:34)

M. Ph. de Saxe Cobourg Gotha, plus connu en Belgique sous son prénom Philippe (un des fils du chef de l'Etat, Monsieur A. de Saxe Cobourg Gotha) a proposé, durant une réunion de commission du Sénat,
l'interdiction en Belgique de la pornographie.

Cette proposition pour le moins surprenante (exprimée mais non déposée), émanant d'un des 2 sénateurs non élus au Sénat (les enfants du chef de l'Etat sont membres de droit du Sénat pour autant qu'ils aient 18 ans au moins et qu'ils prêtent serment), a fait l'objet d'un *black out* du côté francophone et de commentaires amusés de la part de la presse flamande.  C'est pourtant une première.  Jusqu'ici (en tous cas ces dernières décennies), les sénateurs de droit s'étaient abstenus de
déposer des propositions.

Un professeur de droit constitutionnel, Monsieur Senelle, qui a aussi été selon le Standaard mèlé de près à l'éducation d'une partie de la famille royale a déclaré que cette proposition n'était pas une proposition politique car elle avait peu de choses à faire avec la droite et la gauche (sic).

Le site de la police judiciaire mentionne déjà que *La diffusion de matériel pornographique est punie comme outrage public aux bonnes moeurs par l'article 383 du Code pénal.*

Peut être qu'il faudra informer le sénateur concerné de l'existence de l'article 383 du code pénal.

Il est vrai que la police judiciaire ne peut définir ce qu'il faut entendre par *pornographie*.  Il est vrai aussi que les tentatives
d'interdiction effectives de la pornographie ne sont pas caractéristiques de la droite ou de la gauche ...

Mais plutôt de l'extrême droite ((correction postérieure suite aux réactions sur le newsgroup : des régimes dictatoriaux))..



La démocratie, c'est entre autres le respect des règles communes.

(Re: Partouzes en stock ! Dimanche 22 septembre 1996 11:29:23)

Joors Alain écrivait :

> Je me doute également qu'il serait difficile de mettre toute la Belgique en prison (ce n'est d'ailleurs pas ce que je réclame). Par contre, je m'élève, avec un certain humour je pense (à défaut d'un humour certain) contre la > tendance actuelle qui vise à banaliser n'importe quel acte délictueux sous > prétexte que "des tas de gens le font", oui des tas de gens jonglent avec > la Police, l'Onem,... se droguent, partouzent, mais a) il ne faudrait tout > de même pas essayer de me faire croire que TOUT le monde est dans le cas

Je suis à 95 % d'accord avec vous. Moi aussi, je m'élève contre la tendance actuelle qui vise à banaliser n'importe quel acte délictueux sous prétexte que *des tas de gens le font*. Selon moi, cela vaut aussi pour la fraude fiscale (sauf que là peut-être que vraiment presque tout le monde le fait). Mes 2 nuances sont les suivantes : 

  • 1) les partouzes entre adultes consentants ne sont pas des délits. La vie sexuelle des gens entre adultes consentants et sous la réserve éventuelle de comportements (auto)-destructeurs, c'est leur choix.
  • 2) lorsque certains actes ne sont plus considérés comme des délits par une frange importante de la population et plus dénoncés par presque personne, il faut s'interroger sur la raison pour laquelle ces actes sont socialement tolérés ou admis. Ceci pour pouvoir ensuite soit réellement appliquer les lois pénales soit, le cas échéant, élaguer le code pénal.

Suppression de la monarchie et difficultés linguistiques

(Vendredi 03 Novembre, 1999 à 01:15:07:)

La monarchie est perçue par les néerlandophones comme essentiellement francophone. Si Baudouin de Saxe Cobourg et, dans une mesure peut être légèrement moindre, Albert de Saxe Cobourg, parlent un néerlandais quasiment sans accent et sans faute, il n'en va pas de même de Philippe ou Laurent de Saxe Cobourg ni de l'épouse du roi ou de la présumée future épouse du présumé futur roi.

La monarchie est donc plutôt un instrument accentuant les ruptures internes belges que les diminuant, aujourd'hui comme dans les années 50 (même si les partisans les plus farouches du roi ont souvent changé de langue).

Par qui remplacer un chef de l'Etat héréditaire actuellement principalement francophone? Voci quelques possibilités.

1. Par rien. Le Premier-ministre devient premier personnage de l'Etat et le deuxième personnage de l'Etat est le premier vice-premier de l'autre rôle linguistique. C'est la solution la plus économique et c'est celle qui devrait en principe le plus plaire à certains royalistes si prompts à dire que le roi ne sert à rien mais qu'il est irremplaçable. Ne sert à rien, donc institution à supprimer; irremplaçable; donc institution à ne pas remplacer.
2. Par un président de la république devant obtenir la majorité des voix dans chaque entité. Donc, la majorité des francophones, des flamands et éventuellement des germanophones.
3. Par deux co-présidents devant obtenir la majorité des voix dans chaque entité. Chaque décision devrait être prise par les deux conjointement.
4. Par des présidents ayant un mandat court, désigné par le parlement de chaque entité et exerçant leur mandat chacun à son tour. Il y aurait un président francophone, puis un flamand puis ... (wallon, germanophone et bruxellois à discuter).

La solution 3 est à mon avis la plus "jolie". Mais la solution 1 est la plus simple. Absolument rien ne change si ce n'est par des économies nombreuses, des simplifications nombreuses et la suppression de magistratures d'influence.
Un arrêté royal devient un arrêté gouvernemental et ne doit plus faire un petit tour symbolique par le palais royal. Un chef de l'Etat qui passe ne doit plus faire deux visites, une de courtoisie et une de fond. Les négociations prégouvernementales gagnent en transparence. La Belgique fait un petit milliard d'économie annuelle.
La face de la Belgique ne serait pas bouleversée mais cette évolution démocratique serait un symbole positif.


6. Le folklore des peuples belges 

Les baptêmes étudiants (et tout le folklore)

(Re: Que faut-il penser des baptêmes étudiants ? Mardi 05 novembre 1996 00:44:19)

Vincent Radermecker écrivait :

> J'aurais juste voulu connaître votre opinion à propos des baptêmes étudiants et des débordements qu'ils génèrent parfois.

  • Scandaleux
  • Ecoeurant
  • Elitiste
  • Infantile
  • Donnerait lieu a des condamnations pénales pour coups et blessures et attentats à la pudeur s'ils n'étaient pas commis par des petits bourgeois voulant croire qu'ils deviennent adultes
  • Comme pour la boxe, serait déjà interdit depuis longtemps si exercé sur des animaux

Le *consentement* des baptisés, plus important aujourd'hui qu'hier, diminue un peu la gravité de ces actes

Voila pour un point de vue bref et presque sans nuances.



Tuer dans la joie et la paix du Christ 

(Tuer dans la joie et la paix du Christ, 2 avril 1997)

Hier, un peu influencé par Monsieur PGA, j'ai été visité le site <http://www.catho.be>, site organisé par une secte qui a fort bien réussi, quoi qu'en perte de vitesse ces dernières décennies.

J'ai été voir le texte religieux du jour, celui du dimanche de Pâques <http://www.catho.be/bible/jour/30&03&97.html (non disponible en avril 1999)>.  Je ne résiste pas à l'envie de vous diffuser le texte.  J'imagine le tollé qu'il y aurait si ce texte était diffusé par une secte (au sens commun du mot) ou par un parti d'extrême-droite.  J'aime beaucoup la phrase sur la droite du seigneur.  Un catholique peut-il m'aider ?   Est-ce une référence à la boxe ?

Dimanche 30 Mars 1997, MESSE DU JOUR ou 1 Co 5, 6b-8, Première lecture : Ac 10, 34a.37-43,Ps 117
(Extrait)

Du fond de la détresse, j'ai invoqué le Seigneur; le Seigneur m'a exaucé et m'a délivré. Le Seigneur est avec moi, je n'ai peur de rien; quel mal un homme pourrait-il me faire? Le Seigneur est près de moi pour me venir en aide; je vais bientôt voir (la ruine de) mes ennemis. Mieux vaut chercher refuge auprès du Seigneur que de se confier à l'homme. Mieux vaut chercher refuge auprès du Seigneur que de se confier aux grands de la terre. Les nations païennes m'ont assiégé, je les ai taillées en pièces au nom du Seigneur. 

Elles m'encerclaient de partout, je les ai taillées en pièces au nom du Seigneur. Elles me cernaient comme une nuée d'abeilles, comme un brasier d'épines, je les ai taillées en pièces au nom du Seigneur. J'ai reçu un choc violent jusqu'à me faire 
tomber; mais le Seigneur m'est venu en aide. Le Seigneur est ma force et mon chant; c'est lui qui est mon Sauveur. Un cri d'allégresse et de victoire a retenti sous les tentes des justes: 

"La droite du Seigneur a fait merveille, la droite du Seigneur est magnifique; la droite du Seigneur a fait merveille." 

Je ne mourrai pas; je vivrai pour raconter les oeuvres du Seigneur. Le Seigneur m'a châtié avec sévérité, mais il m'a épargné la mort. Ouvrez-moi les portes de la justice, afin que j'y pénètre pour remercier le Seigneur. Voici la porte du Seigneur: "Seuls les justes peuvent y passer. Je viens te remercier, car tu m'as écouté, tu as été mon Sauveur. La pierre rejetée par les maçons est devenue la pierre d'angle; c'est là l'oeuvre du Seigneur, à nos yeux, ce fut un miracle. Voici le jour que le Seigneur a fait: qu'il soit pour nous jour de joie et de bonheur. Seigneur, sauve-nous; Seigneur, donne-nous le 
succès! 



Buvez car ceci est mon sang

(Une secte de cannibales et buveurs de sang. 24 avril 1996)

S'il faut interdire les sectes, pourquoi ne pas commencer par celles qui ont l'idéologie la plus choquante.

J'en connais une dans laquelle les prètres prétendent boire le sang de leur dieu tandis que les fidèles mangent son corps.

Ces rites se passent dans des grandes constructions dans lesquelles sont presentées des scènes de torture.

Leur livre sacré est plein de récits de massacres, contient des appels au meurtre et au racisme et il y a même quelques scènes pornographiques.

(Le catholicisme ne peut être réduit a ses aspects-la mais ce dérive du judaïsme, cette secte donc qui a fort bien réussi, c'est aussi cela. Et ceux qui pensent qu'il n'y a pas de cannibalisme rituel dans le catholicisme demandent a un prètre le sens exact des mot consubstantiation.) 



Si dieu existe (dans sa version catholique), je le hais

(Re : Dieu n'est pas mon cousin. jeudi 18 septembre 1997)

Sachant que, selon la mythologie chrétienne :

  • Dieu (le père) est omnipotent.
  • Dieu (le père) est omniscient.
  • Qu'il a créé l'être humain libre de faire le bien et le mal mais en sachant qu'il ferait le mal.

Qu'il aurait pu créer (puisqu'il est omnipotent) un être humain libre de faire le bien et le mal dont il aurait su (puisqu'il est omniscient et donc qu'il connait le futur) qu'il ferait le bien.

Sachant tout cela, si Dieu le père, version chrétienne (et toute sa petite famille y compris le fiston qui bénéficie cependant de
circonstances atténuantes car il n'est pas omniscient et se sentait abandonné) existe, au moins j'aurai quelqu'un à haïr.


7. Insécurités sociale et routière 

La route tue

(Passage pour piétons et suicide Vendredi 01 novembre 1996 02:06:53)

Si vous ne tenez pas à la vie et que vous venez de signer un contrat d'assurance-vie, voilà une méthode efficace pour mourir sans déshériter votre future veuve (ou veuf) :

  • 1. Prenez une avenue a circulation rapide (pas la peine d'aller a la campagne, un grand axe de votre ville est parfait)
  • 2. Choisissez un passage pour piétons bien visible (pour éviter les contestations de la compagnie d'assurance)
  • 3. Attendez la nuit
  • 4. Traversez au moment ou un véhicule arrive

Si par extraordinaire, le conducteur s'arrête avant l'impact, ne vous inquiétez pas, il ne va pas s'inquiéter de votre santé. Généralement il va seulement vous insulter en disant "Vous ne pouviez pas faire attention" (lire : si je vous avais écrasé, cela aurait sali ma voiture et j'aurais encore eu des ennuis après).

Depuis avril 1996, en Belgique, les piétons ont pourtant priorité ABSOLUE sur les voitures lorsqu'ils ont marque leur intention de traverser dans un passage pour piétons. Ce n'est pas au piéton à attendre qu'il n'y ait pas de voiture mais au conducteur a céder le passage (même aux petites vieilles et aux arabes si si).

Au début, j'avais été agréablement surpris du changement de réaction des automobilistes qui s'arrêtaient le plus souvent spontanément. Depuis quelques semaines ou quelques mois cela a beaucoup change. Rien qu'aujourd'hui, je me suis fait insulter 2 fois et grâce à un troisième conducteur je serais à l'hôpital (ou à la morgue) si j'avais fait usage de mon droit (celui-la ne m'a même pas insulté, soyons positif).

Il faut voir l'attitude des personnes âgées et des enfants essayant de traverser dans un passage pour piétons pour comprendre pourquoi l'obligation d'arrêt spontané est important et pour comprendre combien l'attitude des automobilistes est potentiellement meurtrière.



Les pensions des salariés

(Les pensions : les soit-disant différences *en faveur* des femmes.  Dimanche 21 juillert 1996 21:15:16)

Chacun a entendu dans les médias que les pensions des salariés hommes sont calculées sur une carrière de 45 ans tandis que les pensions des femmes sont calculées sur une carrière de 40 ans. Les femmes seraient donc dans ce cas favorisées. Ce que les autorités ne disent pas, c'est qu'en fait, les 5 années de carrière de plus des hommes entre 60 et 65 ans sont dans la grande majorité des cas (environ 80 %) non pas des années de travail mais des années d'inactivité qui sont considérées fictivement comme des années d'activité.

Cela coûte au moins aussi cher de payer ces allocations que de payer des pensions mais comme cela ne s'appelle pas pensions, c'est plus discret. Et qui plus est, ces 5 années considérées fictivement comme des années d'activité sont basées sur le salaire de fin de carrière des hommes, salaire infiniment plus favorable que le salaire moyen des femmes.

Et les femmes, alors, pourquoi ne demandent-elles pas de 60 à 65 ans à être prépensionnées ou chômeuses ? La réponse est simple : c'est interdit aux femmes.



Le secret médical

(Privilèges des médecins en danger (était : Re: Secret Médical en Danger !). Mardi 1er octobre 1996 22:10:39)

> FreeDoc écrivait : Actuellement, les mutualités, de même que les compagnies d'assurance font le forcing sur le gouvernement > pour obtenir la levée du secret médical en Belgique.

Le secret médical est le voile de fumée que soulèvent les médecins chaque fois que des mesures sont prises pour limiter leurs fraudes fiscales et sociales. Le secret médical a eu son utilité historiquement. Il a encore son utilité lorsqu'il s'agit d'un droit du patient. Mais il est nuisible lorsqu'il est un droit du médecin et protège celui-ci.


Last modified : 2000 : January.


 


 

box.gif (1210 octets) webmaster@utopianchronicles.org                                              funnyhs.gif (1885 octets)   http://ww.utopianchronicles.org